TPE, PME et ETI : innovez en donnant un ROI à vos idées !

Vous êtes chef d’entreprise, directeur de pôle ou tout autre manager ? Vos échanges avec vos clients, vos fournisseurs, vos collaborateurs et votre écosystème sont sources de nombreuses idées de développement et d’innovation ? Et pourtant, vous ne les concrétisez pas. Dommage, car certaines pourraient rapporter gros !

Une méthodologie simple et maîtrisée existe, alors pourquoi ne pas tenter votre chance ?
Voici en 5 étapes, une approche très pragmatique d’une démarche d’innovation éprouvée.

Pour commencer, il faut faire un tri en conservant les idées qui semblent avoir le meilleur potentiel. Pour cela, il faut les noter et commencer à les partager. Rien de mieux qu’un œil extérieur pour clarifier le concept et le rendre, soit « mort dans l’œuf », soit intéressant à creuser. Des méthodologies d’innovation légères de type « Design Thinking » ou encore « Intelligence Collective » sont très efficaces pour y arriver. Premier niveau d’intervention possible de Rewenknine.

À partir de ces embryons, il va désormais falloir les matérialiser, afin de rapidement pouvoir avoir une opinion objective de vos cibles. En effet, comme le prônait Napoléon, « un bon croquis vaut mieux qu’un long discours ! ». C’est ce qu’on appelle un POC pour Proof Of Concept. Pour cela, plusieurs axes sont possibles. S’il s’agit d’un service, il est pertinent de réaliser une modélisation du processus (schéma normé) accompagnée d’une simulation d’interface. S’il s’agit d’un produit, un dessin ou bien encore un prototype manuel ou en impression 3D remplira pleinement son rôle qui consiste à permettre à un client potentiel de comprendre la proposition et de juger de son intérêt. Il existe des solutions ingénieuses pour minimiser l’investissement à ce stade. Second niveau d’intervention possible de Rewenknine.

À ce stade il faut être agile, c’est-à-dire être prêt soit à abandonner l’idée, soit à faire des aménagements. Si le POC est idéal, vous pouvez lancer le projet ou encore, selon votre capacité de financement, commencer à démarcher des investisseurs. Si le POC nécessite des adaptations pour être limpide, on lance un nouveau cycle en tenant compte des remarques. On l’expose à nouveau au client, et si besoin on le retravaille à nouveau. L’objectif est de sortir un POC dans les plus brefs délais. Si le POC est trop éloigné de la réalité, il ne faut pas hésiter à abandonner l’idée. Vous en avez/aurez d’autres ! Troisième niveau d’intervention possible de Rewenknine.

Votre POC est validé, vos investisseurs sont prêts à vous suivre. OK mais il va falloir prioriser le lancement. L’objectif étant de commercialiser au plus vite votre solution, il faut que vous définissiez les fonctionnalités essentielles pour qu’il intéresse votre cible. C’est ce qu’on appelle le MVP pour Minimum Viable Product. Cette première étape de commercialisation s’inscrit dans une stratégie de ROI à très court terme, c’est-à-dire à investir le moins possible tout en vendant le plus possible, sans hypothéquer l’avenir du projet. En d’autres termes, un service ou un produit trop minimaliste pourrait décevoir vos cibles et les dissuader de tout achat actuel et futur ! Quatrième niveau d’intervention possible de Rewenknine.

Bonne nouvelle, votre MVP rencontre son public ! C’est une nouvelle bonne occasion d’écouter la « voix de vos clients ». Cela va vous permettre à nouveau de prioriser les évolutions, notamment celles qui ont été un frein à l’adoption pour une partie de votre cible ou encore celles qui ont la capacité de générer la meilleure valeur perçue. Mauvaise nouvelle, la MVP est décevante. Il faut comprendre ce qui bloque. Est-ce structurel ou bien conjoncturel ? Faut-il abandonner le projet, reprioriser les fonctionnalités, etc. Cinquième niveau d’intervention possible de Rewenknine.

Cette démarche d’innovation, vous l’aurez compris, est extrêmement pragmatique. Chacune des étapes doit être gérée dans les délais les plus courts possibles, en maîtrisant parfaitement ses ressources. Le processus est simple et léger à mettre en place s’il est maîtrisé. Dans une PME ou TPE il est quasiment impossible de le mener à bien seul. Dans une ETI, sans ressources expérimentées et partiellement ou totalement dédiées selon l’ampleur du projet, il est difficile de se donner les moyens de mener à bien la démarche. En tout état de cause, il est toujours préférable de se faire accompagner pour garder un œil critique. Vous l’aurez encore compris, c’est bien là la valeur ajoutée de Rewenknine. Alors n’attendez-plus, rencontrons-nous, échangeons sur vos idées. Vous pourriez bien être surpris de l’accessibilité de l’investissement et par conséquent de son ROI potentiel !