Le digital encore peu stratégique pour bon nombre de chefs d’entreprises !

La Bpi, la banque des entrepreneurs, a récemment publié un guide intitulé “Guide pratique à destination des dirigeants de PME-ETI : les grandes étapes pour construire votre feuille de route“. Interviewé par l’Usine Digitale, un de ses représentants, explique ci-dessous en quelques lignes de manière très explicite les risques pour les entreprises de ne pas digitaliser leur relation client. Ils s’en font bien souvent une montagne, par méconnaissance des solutions disponibles sur le marché.

Si vous vous sentez concernés, discutons-en rapidement. Un accompagnement en cycle court vous permettra dans bien des cas de résoudre rapidement ou encore d’anticiper des complexités autour de votre relation client : sites web, partage et analyse de données clients, visibilité, téléphonie, collaboration entre employés, gestion et suivi de projets, visibilité sur les moteurs de recherche…

Retrouvez le guide pratique Bpi de la transformation à l’ère du digital.

L’extrait :

Oui, nous voyons encore beaucoup d’entrepreneurs qui considèrent que le digital n’est pas fondamental. C’est plutôt rare dans le secteur du BtoC. Ils sont plutôt dans le BtoB. Ils ne réalisent pas l’urgence de la situation. Aujourd’hui, certains grands donneurs d’ordre déréférencent des fournisseurs parce qu’ils ne sont pas assez digitalisés et, donc, capables de s’interfacer avec leurs propres systèmes. C’est pour cela que nous insistons sur la sensibilisation des dirigeants, qui n’ont pas toujours conscience de l’enjeu.

L’autre frein que l’on observe souvent, ce sont les dirigeants qui se croient incapables de le faire. C’est très important de le dire. En insistant sur le caractère stratégique, on peut leur faire peur. Ils ont l’impression d’être devant une montagne à gravir et de n’être équipé que de baskets et de t-shirt. C’est à nous de leur montrer qu’ils peuvent escalader ce sommet, les aider à trouver des chemins pour cela en les accompagnant.

Source : https://www.usine-digitale.fr/editorial/beaucoup-de-chefs-d-entreprises-considerent-encore-que-le-numerique-n-est-pas-fondamental-s-inquiete-guillaume-mortelier-bpifrance.N834885